La douleur


La douleur n’est pas une fatalité. Vous allez être opéré prochainement et vous pouvez craindre d’avoir mal après l’intervention, ce qui est bien naturel. Les médecins anesthésistes et les infirmiers (res) qui vont s’occuper de vous disposent de moyens efficaces pour traiter la douleur postopératoire.

Lors de la consultation anesthésique, la stratégie anesthésique et analgésique retenue pour votre intervention vous sera exposée par le médecin anesthésiste.

Le CLUD (Comité de Lutte contre la Douleur) de l’établissement, actualise régulièrement les protocoles de traitement de la douleur qui vous seront prescrits dans les différents services d’hospitalisation de la clinique en postopératoire.

 N’hésitez pas à nous poser toutes les questions que vous jugerez utiles à ce sujet lors de la consultation d’anesthésie.

Moyens et techniques mises en œuvre :

  • Les médicaments antalgiques : le paracétamol, les anti-inflammatoires et la morphine (ou ses dérivés). Afin d’être efficaces dès votre réveil, ces médicaments vous sont administrés avant votre intervention ou pendant votre anesthésie ; un complément peut vous être donné si nécessaire, en salle de surveillance post-interventionnelle afin d’optimiser votre confort.
  • Les techniques d’analgésie locorégionale complémentaire (injection d’anesthésiques locaux autour des nerfs périphériques ou via une péridurale) dans le but d’obtenir un soulagement durable.
  • La PCA ou PCEA . Il s’agit d’un dispositif nécessitant votre participation active, l’Analgésie Contrôlée par le Patient, qui vous permettra une gestion autonome de votre niveau de confort.
  • Le casque d’hypnose médicale par réalité virtuelle HypnoVR peut être une solution utile à visée antalgique ou anxiolytique pendant ou après l’opération.

Ces moyens peuvent être utilisés isolément ou en association.

Évaluation de la douleur

Quelle que soit la technique proposée, l’infirmier(e) passera régulièrement pour évaluer votre confort et s’assurer que vous êtes suffisamment soulagé. Sachez lui faire part également d’éventuelles sensations désagréables (somnolence, nausées, douleur d’estomac, démangeaisons, paralysie d’un membre…).

Cette évaluation pourra se faire de diverses façons :

  • En caractérisant l’intensité de la douleur par une échelle verbale simple : faible, modérée, forte, très forte, insupportable ;
  • En quantifiant l’intensité de la douleur sur une échelle numérique de 1 à 10 ; 1 étant l’absence de douleur et 10 la douleur maximale imaginable ;
  • En la quantifiant sur une échelle visuelle analogique via une réglette munie d’un curseur que vous déplacerez entre deux extrémités (absence de douleur jusqu’à douleur intolérable).

Voici quelques réponses à différentes interrogations :


  • Si l’on m’administre de la morphine, vais-je devenir dépendant de la morphine ?
  • L’utilisation de la morphine est-elle exceptionnelle ?
  • Quels sont les inconvénients et les risques de la morphine ?
  • Qu’est-ce que la PCA (Analgésie Contrôlée par le Patient) ?
  • Qu’est-ce que l’analgésie par voie péridurale ?
  • Quelles sont les alternatives à l’analgésie péridurale ?
  • Si l’on me propose la PCA par voie intraveineuse ou péridurale, y-a-t-il un inconvénient à appuyer souvent sur le bouton ?
  • Comment être sûr que l’appareil fonctionne bien ?
  • Casque d’hypnose médicale HypnoVR
Si l’on m’administre de la morphine, vais-je devenir dépendant de la morphine ?

Non, le risque de dépendance lié à l’utilisation de la morphine ou ses dérivés pour traiter une douleur postopératoire est nul.

L’utilisation de la morphine est-elle exceptionnelle ?

Non, la morphine et ses dérivés sont utilisés quotidiennement pour calmer les douleurs postopératoires.

Quels sont les inconvénients et les risques de la morphine ?

La morphine calme la douleur mais peut entraîner une sédation trop importante nécessitant une diminution des doses. Elle peut entraîner des nausées, vomissements, une constipation, des démangeaisons, des hallucinations, une difficulté à uriner ou un ralentissement de la fréquence respiratoire. Tous ces effets indésirables sont recherchés et traités par l’équipe anesthésique.

Qu’est-ce que la PCA (Analgésie Contrôlée par le Patient) ?

Avec le système de PCA, vous utilisez un appareil que votre anesthésiste programme pour soulager votre douleur et pour vous apporter un maximum de confort. L’appareil est composé d’une seringue qui contient l’antalgique et d’une pompe électronique que vous activez par un bouton. En appuyant sur ce bouton, vous soulagerez votre douleur vous-même en vous administrant votre dose d’antalgique. Le médicament peut-être injecté directement dans la veine (PCA intraveineuse) ou autour de la moelle épinière, par voie péridurale (PCEA). Un système de contrôle garantit votre sécurité.

Qu’est-ce que l’analgésie par voie péridurale ?

C’est à ce jour la méthode la plus efficace pour calmer la douleur après chirurgie abdominale majeure. Son principe est de bloquer la transmission des sensations douloureuses au niveau du foyer opératoire, en injectant autour des nerfs un produit anesthésique local et/ou de la morphine.

On introduit dans le bas du dos à l’aide d’une aiguille spéciale un tuyau très fin (cathéter) qui va dans l’espace péridural, autour de la moelle épinière. Le cathéter reste en place pendant les premiers jours après l’intervention pour permettre l’administration prolongée de l’analgésique.

Quelles sont les alternatives à l’analgésie péridurale ?

En cas de contre-indication, ou de refus de votre part, d’autres méthodes d’analgésie pourront vous être proposées par voie intraveineuse selon le mode PCA.

Si l’on me propose la PCA par voie intraveineuse ou péridurale, y-a-t-il un inconvénient à appuyer souvent sur le bouton ?

Non, la pompe réglée par le médecin anesthésiste évite tout surdosage et votre douleur est soulagée en toute sécurité. Mais vous devez être le seul à appuyer sur le bouton.

Comment être sûr que l’appareil fonctionne bien ?

La PCA est dotée d’un maximum de sécurité : si une panne se produisait, une alarme le signalerait immédiatement à votre infirmier(e). Cette méthode très performante, vous permet de ne plus être dépendant des soignants et de soulager votre douleur rapidement. Elle constitue un réel progrès par rapport aux techniques classiques.

Casque d’hypnose médicale HypnoVR

Le dispositif HypnoVR comporte un casque auditif permettant la réduction des bruits ambiants et la diffusion de plusieurs choix d’univers sonores ainsi qu’un casque visuel affichant un film avec différents thèmes possibles comme la plage, la forêt, les étoiles ou le monde sous marin.

Vous serez ensuite guidé par une voix douce et apaisante qui vous donnera des consignes sur les éléments à observer ou sur la façon de respirer tout au long de la session.

Il a pour but de réduire votre anxiété et d’améliorer votre confort en favorisant votre lâcher-prise pendant un geste d’anesthésie locorégionale ou pendant votre intervention chirurgicale si vous avez bénéficié d’une rachianesthésie. 

Pendant cette expérience, vous restez maître de vos pensées et pouvez à tout moment retirer le casque afin de parler à l’équipe soignante.

En savoir plus : https://hypnovr.io/actualites/actus-hypnovr/
Vidéo : https://vimeo.com/408333755



Prendre un rendez-vous

Vous pouvez prendre rendez-vous par téléphone au 02 41 63 46 29
du lundi au vendredi de 8h à 19h30 et le samedi matin de 8h à 12h30


PRENDRE RENDEZ-VOUS EN LIGNE

ADRESSE

Polyclinique du Parc
Avenue des Sables
49300 Cholet

CONTACTEZ-NOUS

Secrétariat d’anesthésie
02 41 63 46 05

PRENDRE UN RENDEZ-VOUS

Consultation d’anesthésie
02 41 63 46 29


PRENDRE RENDEZ-VOUS EN LIGNE